Le Forum de l'Accidentologie Aérienne

'Accidentologie Aérienne
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion    

Partagez | 
 

 Crash du Concorde: la loi de Murphy - Vos commentaires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Avez-vous trouvé l'analyse pertinente ?
Oui
64%
 64% [ 7 ]
Partiellement
18%
 18% [ 2 ]
Non
18%
 18% [ 2 ]
Sans opinion
0%
 0% [ 0 ]
Total des votes : 11
 

AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 29
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Crash du Concorde: la loi de Murphy - Vos commentaires   Jeu 26 Oct - 3:12

Bonjour,

Nous vous proposons de poster ici même vos réactions et commentaires concernant notre analyse du rapport d'enquête final du Bureau Enquête et Accident, au sujet de l'accident du Concorde le 25 juillet 2000.

CH.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.orange.fr/enperspective/
pals
Invité



MessageSujet: Témoignage   Jeu 15 Mar - 5:37

Le jour du crash, je me trouvais dans une ferme située à Mitry Mory. Avec deux autres personnes, nous avons interrompu nos activités pour regarder le décollage. Ayant travaillé 18 mois à UTA sur l'aéroport CDG, j'avais l'habitude de ces décollages pour avoir été fréquemment les observer en bordure des pistes (à l'époque, on pouvait encore le faire).

Trés rapidement après la mise en puissance, j'ai fait le commentaire suivant à mes amis ; " Tiens, c'est curieux, il accélère vraiment lentement aujourd'hui". Concorde a parcouru la piste et des bâtiments m'ont caché la suite. Quelques instant après, nous avons vu de la fumée, sans toutefois la raccrocher à Concorde.

Quand j'ai appris l'accident, j'ai repensé à la séquence à laquelle j'avais assisté en étant persuadé que mon impression avait un fondement.
J'ai alors pris contact avec la cellule de la gendarmerie chargée de la collecte des renseignements. Ma conversation a été dans un premier temps prise au sérieux puisque j'ai parlé une dizaine de minutes avec mon interlocuteur qui m'a indiqué que je serais rapidement convoqué pour faire une déposition écrite. Je n'ai plus jamais eu de nouvelle...

Ensuite, j'ai pris contact avec Pierre SPARACO qui travaillait à l'époque pour Aviation Week, à la suite d'un article qui tendais à confirmer mon opinion. J'ai discuté une bonne demie-heure avec lui et la teneur de cet entretien tendais elle aussi à infirmer la thèse officielle. Il m'avait entre autre fait part de l'existence d'un groupe d'anciens pilotes de Concorde qui avaient refait les calculs des paramètres de décollage. D'après leurs conclusions, Concorde aurait dû avoir quitté la piste plus de 100 mètres
avant la position de la lame métallique "alibi".

On peut penser que l'absence de l'entretoise pouvait amener le train gauche à freiner l'avion et à le déporter sur la gauche de la piste. Compte tenu des masses en jeu, des pneumatiques qui rippent ne doivent pas résister bien longtemps.

Le défaut de maintenance est la cause la plus probable de l'accident, mais c'est évidemment plus facile de tenter de faire porter le poids du drame sur une compagnie étrangère. Que le DC 10 ait perdu une pièce métallique, c'est sans doute regrettable, mais que la resposabilité de la compagnie soit retenue pour cela parait indécent.
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 29
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Crash du Concorde: la loi de Murphy - Vos commentaires   Jeu 15 Mar - 12:29

Bonjour,

Merci pour cet intéressant témoignage. C'est en effet troublant que vous n'ayez pas été recontacté pour enregistrer votre témoignage sur PV.

pals a écrit:
Il m'avait entre autre fait part de l'existence d'un groupe d'anciens pilotes de Concorde qui avaient refait les calculs des paramètres de décollage. D'après leurs conclusions, Concorde aurait dû avoir quitté la piste plus de 100 mètres
avant la position de la lame métallique "alibi".


On peut penser que l'absence de l'entretoise pouvait amener le train gauche à freiner l'avion et à le déporter sur la gauche de la piste. Compte tenu des masses en jeu, des pneumatiques qui rippent ne doivent pas résister bien longtemps.

Le défaut de maintenance est la cause la plus probable de l'accident, mais c'est évidemment plus facile de tenter de faire porter le poids du drame sur une compagnie étrangère. Que le DC 10 ait perdu une pièce métallique, c'est sans doute regrettable, mais que la resposabilité de la compagnie soit retenue pour cela parait indécent.

J'ai également entendu cette thèse d'anciens pilotes du Concorde, lors de l"émission "Complément d'Enquête" consacré à l'accident du Concorde si mes souvenirs sont bons.

Cette thèse ne résiste pas une seconde à l'analyse. La lamelle a été retrouvée en ligne N°152, c'est à dire à 1740 mètres du seuil de piste. Or, à pleine charge comme c'était le cas, la distance de décollage du Concorde est de 3370 mètres (*). Dans ces conditions, je vois mal comment le Concorde aurait pu prendre l'air avant de rencontrer la lamelle.

J'ai également été contacté par d'anciens pilotes de Concorde, aucun n'a défendu cette thèse (par contre, le reste...).

Comme souvent dans un accident aérien, il semble que ce soit l'enchaînement de plusieurs "dysfonctionnements" plus ou moins importants, qui ai mené à la catastrophe.

Le 14 juin 1979, au décollage de Washington, on peut penser que l'avion était dans les "clous" (masse, maintenance, pas de lamelle sur la piste, condition météo ok, etc...), et pourtant, il suffisait d'une étincelle pour que cet incident grave ne se transforme en véritable drame.

Au plaisir de vous lire, cordialement.

(*) il s'agit de distance règlementaire prenant en compte la panne d'un moteur. Sans panne à pleine charge avec un vent calme, Concorde quitte le sol environ 2600 mètres après le laché des freins.

CH.


Dernière édition par le Dim 11 Nov - 11:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.orange.fr/enperspective/
Dams
Invité



MessageSujet: Re: Crash du Concorde: la loi de Murphy - Vos commentaires   Dim 4 Nov - 12:37

Bonjour,

Votre analyse parait plus que pertinente. Je ne comprends pas pourquoi elle ne suscite pas plus de réations ?!!
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 29
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Crash du Concorde: la loi de Murphy - Vos commentaires   Mer 7 Nov - 6:31

Bonjour,

Merci pour votre commentaire.

En effet, on en parle assez peu.
Le procès devrait changer les choses...peut être...

Néanmoins, un livre vient de sortir sur les accidents aériens et un chapitre est consacré à l'accident du Concorde.

"Crash Aériens, ce qu'on vous cache..." de François Nénin et Henry Marnet-Cornus
http://www.eurocockpit.com/archives/indiv/E008426.php

Ce chapitre semble avoir été grandement inspiré par mon analyse. J'avais d'ailleurs reçu il y a un an, un e-mail d'un des co-auteur du livre me demandant s'il pouvait la publier. Je n'avais pas pu y répondre à l'époque pour des raisons personnelles.

J'y ai aussi relevé quelques erreurs et contradictions sur lesquelles j'essairai de revenir ici même (site ou forum).

Au plaisir de vous lire ; cordialement.

CH.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.orange.fr/enperspective/
radek
Invité



MessageSujet: Re: Crash du Concorde: la loi de Murphy - Vos commentaires   Mar 4 Mar - 5:25

Tres interessant.
Je suis un simple amateur d'aeronautique. Je travaille à Roissy et j'assiste, depuis mon bureau, à de tres nombreux decollages/aterrissages chaque jour.
Je me suis bien sûr interessé (de loin), à l'accident du Concorde. Mais, comme n'importe qui du grand public, je n'avais jamais rien entendu d'autre que "l'alibi" de la lamelle du DC-10...
Revenir en haut Aller en bas
kitesurf
Invité



MessageSujet: Re: Crash du Concorde: la loi de Murphy - Vos commentaires   Dim 13 Avr - 2:58

il semblerait aussi (d'après une de mes lectures sur le crash du concorde) que le carburant qui était à bord ne sois en partie pas le bon, ensuite les 2 carburants se seraient mélangés. Effectivement sans cette erreur, le concorde aurait pu décoller quelques mètres avant la pièce du DC-10...
Revenir en haut Aller en bas
catalina
Invité



MessageSujet: le crash du Concorde   Jeu 3 Juil - 10:45

L'ordonnance de renvoi viens de tomber avec un prévisible procès courant 2009.
A lire les conclusions judiciaires, on y trouve comme un étrange air de parenté avec deux autres procès médiatisés de crash "traités" récemment en France.
N'attendons donc pas de lumières particulières des audiences, sachant que comme pour les deux autres, des protagonistes importants, pour ne pas dire essentiels, ne sont pas montrés du doigt par le rapport judiciaire final.
Vous imaginez une seule seconde que ce procès mette en avant un avion avec des défauts importants et des utilisateurs ayant fait des impasses sur la sécurité? Inconcevable!
Revenir en haut Aller en bas
guycerve
Invité



MessageSujet: Crash FBTSC   Jeu 28 Aoû - 14:05

SVP
.Merci compassion pour familles victimes clients et équipage confondus.
.Confiance aux concepteurs et aux utilisateurs avec un total soutien à MONSIEUR Henri Perrier auquel on doit tant.
.Soutien aux équipes de maintenance.
.Merci au plus bel ambassadeur que nous n'ayons jamais eu pour porter notre drapeau aux 4 coins de la planéte.
.A chacun son métier pour le reste en évitant de jouer les charognards à tout prix.Laissez cette place aux journaleux.
.Notre peine restera incompressible mais évitons de faire croire aux jeunes ailes qui vont nous transporter que tout est écrit dans les livres.
Restons humbles et passionnés.
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 29
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Crash du Concorde: la loi de Murphy - Vos commentaires   Dim 7 Sep - 9:55

Citation :
Merci compassion pour familles victimes clients et équipage confondus.

Bonjour,

Il y a un temps pour la compassion, le recueillement, le deuil. Et il y a un temps pour comprendre.
L'émotionnel n'a rien à faire dans l'analyse d'un accident, quel qu'il soit.

Citation :
Confiance aux concepteurs et aux utilisateurs avec un total soutien à MONSIEUR Henri Perrier auquel on doit tant.

Connaissez-vous les raisons précises de la mise en examen de Mr Perrier ?
Elles n'auraient rien à voir avec son rôle de "concepteur", mais pour son rôle dans la commission d'enquête, post accident.
http://www.eurocockpit.com/archives/indiv/E006440.php

Citation :
Soutien aux équipes de maintenance.

D'Air France ou de Continental ?

Citation :
Merci au plus bel ambassadeur que nous n'ayons jamais eu pour porter notre drapeau aux 4 coins de la planéte.

Oui, merci.

Citation :
A chacun son métier pour le reste en évitant de jouer les charognards à tout prix.Laissez cette place aux journaleux.

Nous ne faisons qu'extraire la substance du rapport d'enquête officiel. Ce qu'aurait du faire la presse. Que vient faire ici le mot de charognard ?

Citation :
Restons humbles et passionnés.

Oui et j'ajouterais, impartial !!

CH.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.orange.fr/enperspective/
jpdesm



Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 05/06/2009

MessageSujet: C'est un peu gros...   Ven 5 Juin - 12:17

J'ai fait une analyse similaire de mon côté. L'oubli de l'entretoise au remontage du bogie permet à l'une des bagues de glisser. On se retrouve avec un désaxement du bogie qui peut être important. Cinq degrés, c'est énorme. Une voiture qui aurait ses roues avant pincées (ou écartées) de cinq degrés subirait une forte perte de performances et l'énergie manquante se retrouverait immanquablement à échauffer les pneumatiques. Ajoutons qu'un conducteur ayant quelque expérience ne manquerait pas de s'en apercevoir par diverses réactions bizarres.

Il manque dans l'enregistrement des voix des pilotes - je l'ai vu sur une autre publication - une réflexion au moment où l'avion prend une bretelle pour accéder à la piste : le pilote se pose la question de savoir si cette bretelle est en pente ! Le pilote ressent donc une résistance anormale à l'avancement de son appareil.

Pour moi l'enchaînement des facteurs d'accident est :

- Oubli de remontage de l'entretoise
- Décollage à pleine charge (légère surcharge), vent arrière
- Désaxement du bogie
- Freinage dû au parallélisme non respecté entre train gauche / droite
- Echauffement anormal des pneus dû à ce défaut de parallélisme, usure très rapide de la gomme chaude, travail anormal des pneus soumis à des efforts latéraux, comme par exemple sur une voiture de compétition qui enchaîne les dérapages.
- Peut-être (cela reste à prouver) rencontre avec un petit obstacle tel qu'une lamelle métallique perdue par un autre avion.
- Eclatement d'un pneu, avec des conséquences catastrophiques : le reste est bien expliqué sur le site.

Autre fait non signalé sur le site. Il s'en est fallu de peu pour que le Concorde, déporté au décollage par l'éclatement du pneu, n'aille percuter un Boeing 747 qui attendait sur une bretelle après son atterrisage. Et dans ce Boeing, Monsieur le Président Jacques Chirac, en de retour d'un voyage officiel au Japon. On a donc laissé le Concorde décoller vent arrière, alors qu'il aurait probablement fallu inverser le sens de la piste, pour donner un spectacle à Monsieur le Président et à ses invités. Il s'en est sans doute fallu d'un cheveu pour que le spectacle se termine plutôt mal et n'entraîne des élections anticipées ! Comme pour l'accident de l'airbus de Mulhouse, on retrouve comme facteur d'accident le désir de pilotes - expérimentés hélas - de faire du spectacle.

Entièrement d'accord donc pour dire que mettre en avant la perte de cette lamelle par un avion d'une autre compagnie comme cause principale de cet accident est complètement indécent : comme si une personne courant à vive allure dans un couloir du métro accusait quelqu'un de lui avoir causé un accident corporel grave en laissant tomber une feuille de journal par terre sur laquelle il avait glissé ! Mais, on l'a bien compris, il y a des intérêts financiers en jeu...

Félicitations pour le site et toutes les explications.
Jean-Pierre Desmoulins
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
B747
Invité



MessageSujet: Re: Crash du Concorde: la loi de Murphy - Vos commentaires   Mar 11 Aoû - 8:42

Dis-moi ZORRO
Tu fais vraiment preuve de beaucoup de courage en signant CH
Peur de ton opinion ?
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 29
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Crash du Concorde: la loi de Murphy - Vos commentaires   Dim 6 Sep - 13:45

B747 a écrit:

Tu fais vraiment preuve de beaucoup de courage en signant CH

Je ne te le fais pas dire, cette page étant hébergée en France depuis le début, et mieux, directement liée à mon FAI. Les initiales CH répondant à celles d'un pseudonyme.

Enfin, il n'est que très peu, voir pas du tout question d'opinion dans cette page.

Bien à toi,

Zorro.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.orange.fr/enperspective/
saint_ex



Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 18/09/2009

MessageSujet: Re: Crash du Concorde: la loi de Murphy - Vos commentaires   Ven 18 Sep - 5:34

Bonjour, savez vous si une analyse de la pièce perdue par le DC 10 a été réalisée en laboratoire afin de retrouver des traces de gomme pneumatique du concorde?
Je n'ai rien retrouvé sur ce point précis. Il serait particulièrement étonnant que cela n'est été exploré.
Il est vrai que la séquence voice recorder est étrange.Du moins celle que l'on retrouve dans le rapport d'enquête.
Par ailleurs et de manière plus générale c'est accident pose la question des procédures qui sont certe souvent salvatrices mais qui parfois conduisent à la catastrophe.
Le cerveau humain a des capacités extraordinaires dans certaines conditions avec notamment des possibilités d'analyse et de prise de décision incroyablement rapide.
Dans ce cas la interrompre le décollage après V1 aurait pu être une meilleur option.
D'autres accidents peuvent nous conduire à la même réflexion.

Pierre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 29
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Crash du Concorde: la loi de Murphy - Vos commentaires   Dim 31 Jan - 8:06

Bonjour,

Citation :
savez vous si une analyse de la pièce perdue par le DC 10 a été réalisée en laboratoire afin de retrouver des traces de gomme pneumatique du concorde?

Non, je ne sais pas si ces recherches ont été menées. Visiblement pas par le BEA. Peut être par le collège d'experts (enquête judiciaire)...

Citation :
Dans ce cas la interrompre le décollage après V1 aurait pu être une meilleur option.

Les problèmes arrivent entre 10 et 13 secondes après V1, ce qui est beaucoup.

Le BEA, dans son rapport final (page 139), étudie les effets d'une interruption du décollage au moment où le contrôle informe l'équipage qu'il a des flammes derrière lui (tout va bien jusque là pour l'équipage):

1.16.13.4 Conséquences d’une interruption du décollage

Deux modélisations d'un éventuel arrêt-décollage ont été effectuées, l'une à partir de la vitesse qu'avait l'avion quand la rotation a été débutée (c'est-à-dire de fait le premier instant où l'équipage a pu être alerté par des sensations inhabituelles), soit 183 kt, l'autre à partir de 196 kt, lorsque l'OMN a annoncé ce qui peut être compris comme « stop ».

Les simulations ont été conduites avec les hypothèses suivantes :
• freinage sur sept roues, pour tenir compte de la destruction du pneu n° 2,
• couple de freinage disponible à sa valeur nominale jusqu’à l’énergie maximale indiquée dans le manuel de vol (70 MJ), majorée de 10 %,
• utilisation des inverseurs de poussée sur les moteurs 1, 3 et 4.

Avec ce jeu d’hypothèses, il apparaît que la vitesse résiduelle de l'avion en bout de piste aurait été de 74 kt pour une interruption du décollage à 183 kt et de 115 kt pour une interruption du décollage à 196 kt.
Ces chiffres montrent qu’une interruption du décollage aurait conduit à une sortie de piste à une vitesse telle que, compte tenu du feu, les conséquences en auraient été catastrophiques pour l'avion et ses occupants.


Cordialement,

CH.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.orange.fr/enperspective/
saint_ex



Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 18/09/2009

MessageSujet: Re: Crash du Concorde: la loi de Murphy - Vos commentaires   Dim 31 Jan - 13:42

Bonjour et merci pour cette réponse même tardive.
Pour être totalement franc je n'ai plus les éléments précis en tête et je fais avec plaisir confiance à ton analyse.
Une interruption après V1 n'aurait donc pas été salvatrice.
Bien.
Ceci étant posé, je crois que la réflexion doit être plus globale et porter sur les nécessaires procédures qui parfois conduisent à l'anesthésie de l'intelligence.
A trop vouloir suivre une procédure on en oublie parfois de réfléchir.
Alors certe, à 184 kt ou 196 kt ca se termine mal, très bien.
Mais à 170 ou 175 kt la décision de l'équipage aurait été sans doute la même.Elle n'est n'aurait d'ailleurs pas été attaquable puisque elle satisfait à l'une de nombreuses règles d'or de l'aéronautique. Après V1 on y va.
Simplement si à 184 kt on termine à 74kt en bout de piste à 170 on devrait terminer à une vitesse bien inférieur.
A quelle vitesse la sortie de piste de l'A340 a Montréal?
Sans doute pas à 15kt. Bon il est vrai qu'en bout de la 26R ce n'est pas le désert.
Le monde de l'aviation a toujours su tirer les enseignements de ses échecs.
Je crois que cette affaire du concorde est riche d'enseignements même si en effet rien n'aurait peut-être pu sauver cet appareil.
Ceci étant dit je préfère arriver en bout de piste à 70kt plutôt que dans la situation totalement désespérée que l'équipage a du affronter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 29
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Crash du Concorde: la loi de Murphy - Vos commentaires   Lun 1 Fév - 5:47

Bonjour,

Merci pour ta réponse.

saint_ex a écrit:

Ceci étant posé, je crois que la réflexion doit être plus globale et porter sur les nécessaires procédures qui parfois conduisent à l'anesthésie de l'intelligence.

Entièrement d'accord pour dire que la notion "V1" est aujourd'hui totalement dépassée. Relire à ce sujet les travaux qui datent de 30 ans de Gilbert KLOPFSTEIN :
http://www.headupflight.net/rapports%20de%20vol/volGalan.htm

CH.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.orange.fr/enperspective/
Nicolas



Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 02/02/2010

MessageSujet: Re: Crash du Concorde: la loi de Murphy - Vos commentaires   Mar 2 Fév - 11:48

Je ne connais pas grand chose au domaine aérien mais ce crash a retenu mon attention ; j'ai lu en entier l'article, très bien fait, détaillé et exhaustif pour celui qui voudrait chercher à rentrer dans tous les détails par les liens indiqués.

Une chose a attiré mon attention, comme une loi de série en annexe intrinsèque à l'évènement : la succession de nombres carrés.

On était le 25, il y avait 9 personnels navigants pour 100 passagers et le crash causera 4 victimes supplémentaires. Je trouve la proportion de carrés trop importante, comme une anomalie ; carré de 5, carré de 3 carré de 10 et carré de 2.
Si le carré exprime par sa forme la notion de défense ou base, alors cela signifierait que la lamelle ne serait pas la seule incriminée mais qu'il y aurait 4 facteurs principaux dont 3 liés à l'avion à ce momment là ; le quatrième serait donc celui de la lamelle.

Autre série anormale : l'avion décolle le 25 en piste 26, numéro de série 203, hors en 2003, fin de l'exploitation des concorde après 27 ans de vols tandis que maintenant le procès final devra rendre son verdict un 28 mai.

Je trouve la série de nombres "anormaux" dans cette affaire, ce qui fut rarement le cas dans d'autres catastrophes ;

Ce n'est qu'un avis très personnel sur la question, qui n'a rien de technique et ne prétend apporter aucun élément nouveau ou de preuve mais de s'interroger sur une séquence de nombres remarquables.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rollando



Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 05/02/2010

MessageSujet: Le crash du Concorde   Ven 5 Fév - 9:41

Bonjour et merci à tous pour vos observations techniques pertinentes .
Ancien PNC d'AF vous comprendrez le lien affectif que j'entretiens avec la Compagnie , ses avions , son personnel et notre fierté nationale : le Concorde.
J'ai effectué ma carrière pratiquement en parallèle avec cet emblème de notre technologie aéronautique , et l'accident du 25 Juillet 2000 me touche d'autant plus que j'ai eu le bonheur d' apprécier les valeurs de l'homme lors de nombreux vols effectués avec le CDB Marty sur d'autres machines .
Je précise que je n'ai jamais souhaité voler sur Concorde en raison de la dangerosité accrue que représentait sur cette machine la présence des trains principaux pratiquement à l'aplomb des entrées réacteurs , et de ses vitesses élevées dans les phases critiques de décollage et atterrissage .
Chacun sait que la vitesse est un facteur aggravant en accidentologie , et qu'un réacteur est un phénoménal "aspirateur" suceptible d'ingérer tout ce qui se présente devant lui .
En cas d'un éclatement de pneu d'un train principal , j'avais tout lieu de croire que les débris seraient aspirés par les moteurs avec les conséquences que l'on sait .
L'accident du DAKAR en 1979 me confortait dans mes craintes et seule la Chance qui nous accompagne bien souvent a évité des bilans plus dramatiques .
Bien avant de connaitre les analyses de ce drame , il était évident pour moi qu'un avion ne pouvait tomber par le simple fait d'une fuite de carburant au décollage, mais que la déstruction des moteurs 1 et 2 étaient à l'origine de la vitesse de décrochage qui a entrainé sa perte lors du virage prononcé à gauche en direction de la piste du Bourget .
La fuite de carburant qui s'est enflammée gardait le danger feu en dehors de la structure de l'appareil par le fait de la vitesse et n'était peut-être pas un danger immédiat qui nécessitait une procédure qui a précipité la catastrophe .
La question est combien de temps l'avion aurait-il pu voler dans cette configuration ?
Le temps aurait-il été suffisant pour effectuer un virage à droite pour une procédure de réalignement sur la piste 26 ou 27 ?
Ce choix n'aurait-il pas permis de vidanger un peu plus de carburant et surtout de permettre aux secours de se mettre en place afin d'inonder le feu dés l'immobilisation de l'appareil ?
L'instant critique du feu se trouve dés l'immobilisation de l'avion où le brasier se situe sous l'appareil , si celui-ci , bien sur ,est préservé jusqu'à cet instant .
Ces questions resteront sans réponses .
L'équipage a du se les poser , mais il devait gérer dans l'urgence une situation d'une gravité extrème .
Tellement extrème que le drame n'a laissé que 90 secondes d'espoir à nos collègues et leurs passagers , ces femmes et ces hommes à qui nous dédions aujourd'hui nos pensés douloureuses .
Cette catastrophe a eu pour témoins privilégiés les contrôleurs de la tour de CDG qui , a n'en pas douter , ont suivi son déroulement jusqu'à l'ultime seconde et leur témoignage a du être capital pour l'enquête .
L'accident est le plus souvent une accumulation de facteurs aggravants conjugué à un abandon total du facteur Chance (la fameuse loi sur la série des emmerdements maximums) .
Ces conditions se sont réunies ce 25 Juillet 2000 pour nous laisser ce sinistre souvenir .
En mémoire du Commandant et de son équipage , de tous les passagers et des victimes au sol , il serait convenable d'édifier sur le site une stèle , un monument pour se souvenir .
Cordiales salutations . D.R.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nicolas



Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 02/02/2010

MessageSujet: souvenir du crash   Sam 6 Fév - 11:08

Je ne crois pas que le chance ou la malchance puissent être des facteurs primordiaux dans l'explication finale d'une tragédie, sinon pourquoi même enquêter alors ?
Sur le centre ou je travaille, l'ancien responsable du centre était le pêre de l'hôtesse dont c'était le premier vol sur concorde, les tragédies "générales" sont aussi une somme de tragédies individuelles qui vont laisser au bout d'un moment seules, les familles face à leur malheur ; le procès réveille les blessures aussi et le devoir de savoir les responsabilités de chacun pourrait s'accompagner humainement d'une stèle commémorative à l'endroit du crash, sur ce point vous avez raison à mon sens.

PS : 90est l'angle de n'importe quel carré et il en faut 4 pour en former un...en signe dans vos simulations hypothétiques le temps était donc la contrainte la plus pesante quant à la possibilité d'un dénouement moins dramatique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ssc002



Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 06/12/2010

MessageSujet: crash du concorde   Lun 6 Déc - 4:42

bonjour a tous, j'etais présent le jour ou le concorde c'était écrasé, je me situais devant le centre technique et de lavage des voitures de location, a l'époque j'étais sdf ( sans domicile fixe ) je vivais dans roissy meme, au debut quand j'ai entendu un enorme bruit je croyais que c'était un 747 cargo qui décollait, c'est par la suite que j'ai vu le concorde décoller en flammes, une grosse flamme de 4 metres environ sortait du reservoir de gauche, j'étais en pleurs ce jour la, ça m'a fait de la peine, car le concorde c'est mon dauphin, depuis le jour du 25 juillet 2000 apres le crash, je recolte toutes les photos, dans les journeaux, les articles concernant le concorde, et a chaque fois que je retourne a roissy je prend et reprend le concorde en photo, il est exposé derrière le terminal t3 ( ex terminal t9 ).
depuis le jour du crash j'ai les images qui reviennent, ça m'a tellement marqué que je ne pourrais plus m'en séparer !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
miclode



Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 04/11/2012

MessageSujet: crash du concorde   Dim 4 Nov - 2:50

L’avion sortait de révision, pourquoi ne pas avoir interrogé les techniciens qui ont pratiqués la maintenance lors du point fixe final, un problème sur la PC du réacteur 2 fut-il découvert ?
Il est bien entendu que si oui avec remplacement d’un organe il fallait refaire un point fixe d’étanchéité. Cela prend beaucoup de temps et l’avion devait être à NY 3 à 4 heures après, cela n’aurait put être réalisé. L’image du concorde avion ultra rapide ne faisait pas sérieux !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 29
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Crash du Concorde: la loi de Murphy - Vos commentaires   Dim 4 Nov - 3:45

miclode a écrit:
L’avion sortait de révision, pourquoi ne pas avoir interrogé les techniciens qui ont pratiqués la maintenance lors du point fixe final, un problème sur la PC du réacteur 2 fut-il découvert ?
Il est bien entendu que si oui avec remplacement d’un organe il fallait refaire un point fixe d’étanchéité. Cela prend beaucoup de temps et l’avion devait être à NY 3 à 4 heures après, cela n’aurait put être réalisé. L’image du concorde avion ultra rapide ne faisait pas sérieux !!!

Bonjour,

Merci pour votre message.

A quelle "période" de maintenance faites vous références ?

Celle effectuée le 24 juillet, la veille du vol, ou un point fixe a été effectué ?

Ou celle du jour du vol, où le moteur pneumatique GARRETT permettant d'actionner la tuyère secondaire du moteur 2 a été remplacé ?

Merci.

CH.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.orange.fr/enperspective/
miclode



Nombre de messages : 2
Date d'inscription : 04/11/2012

MessageSujet: Re: Crash du Concorde: la loi de Murphy - Vos commentaires   Dim 4 Nov - 8:05

Vous paraissez bien renseigné, le 24 un point fixe la veille du vol ?
Lors de ce PF le technicien a-t-il constaté une anomalie sur la PC ?
Pour ce qui est du moteur GARRETH, son remplacement aurait dû être effectué bien avant la demande du pilote. En effet ce moteur commande les paupières qui ont une incidence sur la poussée réacteur. A mon avis le service de maintenance fut défaillant .

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 29
Date d'inscription : 25/10/2006

MessageSujet: Re: Crash du Concorde: la loi de Murphy - Vos commentaires   Dim 4 Nov - 8:50

miclode a écrit:
Vous paraissez bien renseigné, le 24 un point fixe la veille du vol ?
Lors de ce PF le technicien a-t-il constaté une anomalie sur la PC ?

Oui, lors du dernier vol (24 juillet), des à-coups de poussée en croisière ont été rapportés par l'équipage avec allumage du voyant "start pump" sur le moteur 2.

Ce qui a entrainé les actions de maintenance suivantes : Contrôle des deux TCU (Throttle Control Unit), remplacement de l'ampli
"N1 limit", la vérification de la ligne EGT, et un point fixe signalé comme étant OK.

Citation :
Pour ce qui est du moteur GARRETH, son remplacement aurait dû être effectué bien avant la demande du pilote. En effet ce moteur commande les paupières qui ont une incidence sur la poussée réacteur. A mon avis le service de maintenance fut défaillant .

Je pensais que ce moteur n'avait d'incidence que sur l'inverseur de poussée.

CH.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://perso.orange.fr/enperspective/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Crash du Concorde: la loi de Murphy - Vos commentaires   

Revenir en haut Aller en bas
 
Crash du Concorde: la loi de Murphy - Vos commentaires
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» crash test à 110 km/h
» crash pad
» Crash pad
» cherche crash pad
» lachez vos commentaires ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum de l'Accidentologie Aérienne :: Le crash du Concorde-
Sauter vers: